Le objet, (ou un noyau glaçogène – particule

Le givrage provient de l’impact de micro-gouttelettes d’eau dans l’atmosphère à des températures inférieures à 0° avec de la matière. En effet, l’eau peut rester sous forme liquide jusqu’à -39° (au niveau de la mer/ 1013hpa), mais cet état est instable, le fluide est dit en surfusion. Lors d’un impact entre ces gouttelettes en surfusion et un objet, (ou un noyau glaçogène – particule qui déclenche la congélation de la gouttelette – c’est ainsi que se forme la neige), celles-ci se congèle. Lors de la formation de givre sur les parois d’un avion, il y a accrétion.Définition de l’accrétion : L’accrétion est l’agglomération de matière donnant lieu à la création ou l’accroissement d’un élément.Commençons par étudier l’environnement dans lequel ce phénomène se produit.Le CEL, ou concentration en eau liquide exprime la quantité d’eau sous forme liquide (en grammes) contenue dans un mètre cube d’air.Le CEL n’est évidemment pas homogène et peut varier très rapidement à l’intérieur d’un nuage plus ou moins stable.Voici quelques ordres de grandeur du CEL dans différents types de nuages.Nuages Stables : 0,1 à 0,5 g/m3Nuages Instables : 1 à 5 g/m3Le givre peut être rencontré dans tout nuage situé au dessus de l’isotherme 0°, mais on voit ici qu’il est d’autant plus fort dans les nuages instables.Lorsqu’une masse d’air s’élève, elles se refroidit (gradient de température).Si elle se refroidit plus vite que son environnement, alors elle redescends : l’atmosphère est stable. (SCHEMA)Si elle se refroidit plus lentement que son environnement, elle continue alors de monter : l’atmosphère est instable. (SCHEMA)Les nuages stables et instables sont respectivements appelés stratiformes et cumuliformes, due a leur forme. En effet, l’instabilité des nuages cause un développement vertical alors que les nuages stables forment des strates horizontales. On retrouve d’ailleurs dans l’appellation des différents nuages les prefixes/suffixes Stratus et Cumulus.Il existe trois différents types de givrage ayant des conséquences importantes au vol d’un aéroplane.-Le givre dur est la congélation lente des gouttes d’eau en surfusion sur les surfaces froides de l’aile. Il se forme dans un milieux nuageux homogène.-Le givre mixte au contraire se forme dans un milieu nuageux hétérogène, il est constitué de glace claire et compacte mélangé à de la glace blanche plus friable.-Le verglas se forme lors de précipitations surfondues, les gouttes se congèlent lors de l’impact. Ces trois formes de givrage peuvent altérer la forme du profil d’aile et donc modifier son aérodynamisme. L’accrétion à de nombreux effets sur l’avion  :-Diminution du taux de montée-diminution de la vitesse-augmentation de la vitesse de décrochage-La rugosité de l’aile entraine une modification de la pression de la couche limite de l’aile-diminution de la portance/trainée-diminution de l’angle limite de décrochage-accrétion souvent non symétrique : départ en vrille/ vol non symétrique